galerie jacques elbaz
 
 

 

Christian Bonnefoi - Oeuvres récentes

Mai 19 - Juillet 16 2011

Après quelques quatre-vingt-dix expositions personnelles dont sa première grande rétrospective fin 2008 au Centre Pompidou et d’innombrables expositions collectives; Christian Bonnefoi prépare pour l’été 2012, une exposition simultanée des « Dos de 1974 à nos jours » au Musée Matisse du Cateau-Cambrésis et au domaine de Kerguéhennec en Bretagne.

La galerie Jacques Elbaz propose du 18 mai au 16 juillet 2011, une exposition de Christian Bonnefoi, artiste qu’il accompagne depuis 1998. Deux époques de la série des Eureka : 1999 et 2010 se juxtaposent, quelques oeuvres récentes de la série Ja na pa et des dessins, fruits de ses recherches actuelles sur de nouveaux matériaux, complètent cet ensemble.

Christian Bonnefoi se situe en dehors des modes, son oeuvre en marge développe un espace pictural propre, une écriture abstraite fortement séduisante. Après l’Ecole Pratique des Hautes Etudes en Sciences Sociales, un doctorat d’histoire de l’art à la Sorbonne et de nombreuses publications, textes, entretiens, études érudites en histoire de l’art, il met en place une démarche conceptuelle, qui s’appuie sur la théorie et la technique, afin de repenser l’apparition du tableau par une réflexion à partir de la surface. C’est une interrogation sur les constructivistes russes et les collages cubistes qui est à l’origine de son approche théorique car il considère que tout commence par le collage. C’est un théoricien avant d’être un peintre et sa peinture entretient aussi sa réflexion.

Pour Christian Bonnefoi, le tableau ne se restreint pas à une surface délimitée, mais à une surface que le peintre par construction et déconstruction, crée en jouant sur tous les éléments de la peinture : la matière, la couleur et l’épaisseur organisée sur plusieurs niveaux de profondeur.

Son travail s’élabore selon une succession d’opérations complexes incluant le geste, la matière, le collage, le temps de séchage, la répétition de certaines interventions, la tension de la toile. Cependant tout ce qui pourrait aller dans le sens d’un système est immédiatement détruit. Toute règle établie est enfreinte séance tenante, Christian Bonnefoi.


Son mode d’exécution repose sur un dialogue constant, des allers-retours entre la face et le dos, le recto et le verso, dans un paradoxe spatial qui annule l’acception de surface au profit de celle du plan.

L\'oeuvre picturale de Christian Bonnefoi fonctionne par séries, qu’il reprend dans le temps, retravaille, remanie. Les cycles ne se suivent pas chronologiquement, mais s’autonourrissent par apports successifs, allers-retours, reprises et interférences : « opposition, contradiction, dédoublement, subdivision, passages, articulations » pour reprendre l’énumération citée par le peintre. La sérialité est une démarche particulière chez Bonnefoi, mise en place depuis plus d trente ans. Les séries se rapprochent par leur mode de construction tel un fil conducteur, tandis que les oeuvres d’un même groupe sont liées par une parenté formelle. Il travaille sur la série, mais refuse la réitération.

Les séries sont imbriquées les unes dans les autres, en relation, il les travaille en parallèle. Bonnefoi aime reprendre des modes de fonctionnement très anciens qui, mêlés à de nouvelles expériences, viennent enrichir ses dernières créations.
L’artiste a organisé et classé les différents cycles composant son travail en un diagramme complexe, qui se déploie autour de l’axe central des Babel, paradigme de son oeuvre.


 
 
Inscrivez-vous à la newsletter
 
 
 
 
1, RUE D'ALGER - 75001 PARIS. TEL. +33 (0) 1 40 20 98 07
@TOUS DROITS RESERVES GALERIE JACQUES ELBAZ